Nouveautés Analysis Services 2012

Speakers : John Hancock & Ashivini Sharma (Lead Program Managers)

J’ai choisi de zapper une session level 300 sur le design de cube pour aller voir la présentation des nouveautés par les PM en personne.

Pour résumer, les points suivants ont été abordés (je rentre dans le détail par la suite) :

  • PowerPivot v2
  • BISM
  • Evolutions du moteur multidimensionnel (les 5 minutes de la fin)

 

BISM : one model for all End User experiences

La présentation de BISM m’a fait penser à la devise du seigneur des anneaux : un modèle pour les gouverner tous (et dans les ténèbres les lier). Retour sur la session.

 

Après une démo sur PowerPivot v2 (les nouveautés avaient été présentées dans ce précédent post), le modèle est sauvegardé sur Sharepoint.

A ce stade, vous avez une solution décisionnelle disponible et vous pouvez directement faire un rapport Crescent Power View.

Mais comment manager cela quand la source est un fichier Excel qui prend ses données d’un rapport qui prend sa source dans un flux OData ? (là je pousse le bouchon mais admettons…)

L’objectif est de pouvoir promouvoir un modèle créé par l’utilisateur dans un vrai cadre Analysis Services. Pour cela, on peut réimporter  notre classeur PowerPivot.

image

Vous noterez qu’il nous faut un Analysis Services en mode Vertipaq (tabulaire) mais ça reste une base de données SSAS gérée sur un serveur SSAS et attaquable depuis les outils classiques (Excel, PowerPivot, Power View, SSRS, etc.).

 

Revenons sur le BISM. J’avais déjà parlé du sujet (le post ici) mais je vais faire une piqure de rappel. BISM est un super-modèle, il ne remplace rien. Les sous-ensemble sont :

  • le très connu UDM (SSAS 2005-2008R2)
  • le nouveau modèle tabulaire qui a démarré avec PowerPivot

Ces 2 modèles ont chacun leurs outils, langages et une conception différente.
BISM les réunit afin d’offrir aux outils de restitution de données un modèle commun (en programmation objet, on dirait une abstraction).

Evidemment, quand j’évoque les différences, elles vont s’effacer par la suite car elles sont déjà quasiment iso-fonctionnelles (là j’exagère un peu mais l’idée est là). On peut déjà tout faire dans Visual Studio par exemple.

Mais alors que doit-on choisir ?

La question est difficile à répondre aujourd’hui donc on se contentera de celle du consultant : ça dépend Sourire.

Ma vision est que le modèle tabulaire est pour l’instant plutôt orienté pour les POC, les développements rapides ou la réalisation de modèle décisionnel par les utilisateurs eux même (et c’est ce dernier point qui est le point important).
Si vous êtes développeur (T-SQL, DWH, MDX, Visual Studio, etc.), restez sur le modèle UDM, mais commencez à y jeter un œil.

De toute façon, tabulaire, étoile, flocon, etc., au final, on a bien des tables et des relations entre elles. Qu’importe la modélisation suivie (Kimbal, Inmon, Tabular, etc.), on a bien des données tabulaires.

C’est pour cela que le BISM est le modèle commun !

Et ma conclusion sera (attention, je polémique) :

BISM peut être vu comme un revamping de l’UDM.

Soit dit en passant, UDM n’a jamais vraiment pris. Je n’ai jamais entendu une seule fois chez un client “nous avons un modèle UDM…”

Pendant les Journées SQL Server en décembre à Paris, nous reviendrons sur la modélisation avec François Jehl donc si la polémique le débat vous intéresse, venez nous y écouter.

 

Petite remarque : vous serez obligé de faire du tabulaire pour utiliser Power View dans la RTM (ça c’est important et pourtant c’est juste une phrase perdue après la conclusion).

 

Quelques autres notes de la session :

J’ai aimé :

  • le mode avancé de PowerPivot qui permet aux utilisateurs Business de ne pas être perturbé par des options trop compliquées dès l’ouverture tout en offrant de la richesse pour les développeurs
  • la réimportation d’un modèle PowerPivot dans SSAS
  • la sécurité des modèles tabulaires. Du Role Based comme avant mais plus simple à construire (surtout pour le niveau cellule). Je n’ai pas retrouvé l’écran présenté donc ce sera plus tard pour un screenshot.

Je n’ai pas aimé :

  • Crescent over Multidimensionnal (ie. faire un rapport Crescent sur un cube classique) n’est pas encore possible et ça arrivera avec la prochaine update.

 

Et les évolutions SSAS Multidimensionnel ?

Comme je le disais, les 5 minutes de la fin (la salle était pleine et il y a eu de nombreuses questions) ont été consacrées à un slide sur les nouveautés de SSAS en mode multidimensionnel.

Je n’ai pas tout noté mais ce sont principalement des limitations repoussées ou supprimées et des améliorations des performances. On peut noter par exemple le support du DISTINCT COUNT sur ROLAP.

Je me rattraperai dans un prochain post dès que les slides seront en ligne.

Une réflexion sur “Nouveautés Analysis Services 2012

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s